SAUVONS LA POUPONNIERE «  A CIUCCIARELLA ».

20150224_100556_resizedCorse matin manif poup 27 fevrier5.jpg la pouponniere20150224_100556_resized

Rassemblement vendredi 27 février 11H30 devant le Conseil général.

Le service de la pouponnière vient en aide depuis 40 ans aux familles dont les problématiques complexes nécessitent un accompagnement sociologique, biologique et physiologique de leurs enfants âgés de 5jours à 3ans.
Elle a été agrée par le Président du Conseil Général de Haute Corse pour prendre en charge suite à une décision de justice 14 enfants et assurer un accueil de jour comme de nuit 24H sur 24,  365 jours par an.

La CIUCCIARELLA qui comprend une pouponnière et une crèche collective est logée provisoirement, à l’ancienne école du CHIOSTRO, depuis son déménagement en 2006 de la rue Saint François.
Pratiquement 10 années passées dans des locaux non conformes, bricolés à «la va vite» pour un relogement express ; maintenue dans l’illusion d’une restructuration, avec la crèche (unités qui cohabitent depuis toujours).

A la pouponnière, les enfants sont accompagnés dans leur quotidien par des professionnels diplômés : 8 Auxiliaires de Puériculture, 2 Infirmières, 1 éducateur de jeunes enfants, 1 infirmière cadre, 1 Infirmière Puéricultrice, 1 psychologue.
Cette équipe aide les enfants à restaurer leur estime de soi, à travailler leurs troubles du comportement, à retrouver un équilibre et des règles éducatives nécessaires à leurs bons développements ; à assurer aussi une orientation spécialisée, à travailler un départ en famille d’accueil ou tout simplement accompagner leur retour au sein du foyer parental. Outre l’accueil d’urgence, la mission de la pouponnière, c’est aussi un travail sur l’accompagnement à la parentalité, des visites médiatisées permettant d’étayer le lien parents-enfant, des entretiens avec les familles, un travail partenarial avec la justice, le service de l’aide sociale à l’enfance, les institutions spécialisées comme le CAMSP, service de psychiatrie etc…..

Ce travail d’équipe pluridisciplinaire dans une recherche constante de qualité, a fait l’objet d’une évaluation externe par le Cabinet COPAS de LILLE, dont les conclusions plus qu’élogieuses ont qualifié la pouponnière de « communauté apprenante », attachée à la « bientraitance » des enfants et de leurs familles, possédant des outils de travail co-construits, ayant une communication efficace et une organisation optimale de l’espace étant données les circonstances assurant UN SERVICE DE HAUTE QUALITE RENDU A L’USAGER.
Ce service de qualité en internat couterait trop cher au Conseil Général !!!.
De qui se moque-t-on ?

C’est pour cette raison que le département et son service de l’Aide Sociale à l’enfance demandent au gestionnaire de l’UGRM une transformation rapide de la pouponnière en un service de jour. en réduisant l’équipe comme peau de chagrin. Le reste de l’effectif pourrait devenir assistantes familiales avec des pertes de salaires conséquentes. Transformer les professionnels que nous sommes en assistantes familiales est pour nous inenvisageable et même infaisable ; (domicile non conforme pour accueillir les enfants notamment). De plus les pertes de salaires annoncées sont inacceptables.
Ce projet engendrera une perte d’emploi pour un très grand nombre d’entre nous. Des ASSISTANTES FAMILIALES réunissant 240h de formation, viendront alors remplacer le personnel actuel dont les formations qualifiantes nécessitent de 1 à 4 années d’études.

De plus ce projet annonce à terme la scission des entités crèche et pouponnière ; adieu à la mixité avec la crèche qui a depuis toutes ces années prouvé son efficacité auprès des enfants accueillis ; adieu à la mutualisation du personnel. Dans ces conditions, comment pouvoir maintenir un service de qualité?
Quand la mission de prévention de la pouponnière sera-t-elle mesurée et reconnue à sa juste valeur?

Nous en appelons à l’ensemble des pouvoirs publics.

La CTC, les conseil généraux trouvent en quelques heures des millions d’euros pour organiser et financer des manifestations sportives ou autres. Alors que la situation sociale en Corse se dégrade et que le nombre d’enfants en situation de détresse se multiplie, comment laisser sans financement nécessaire la pouponnière établissement unique en Corse.

Ensemble mobilisons nous pour sauver la pouponnière.
Rassemblement vendredi 27 février à 11H30
devant le conseil général de Haute Corse.